PAT Plaine des Vosges, pleine de vie, de la terre à l'assiette

Contexte


Les projets alimentaires territoriaux (PAT) ont pour objectif de relocaliser l'agriculture et l'alimentation dans les territoires en soutenant l'installation d'agriculteurs, les circuits courts ou les produits locaux dans les cantines. Issus de la Loi d'avenir pour l'agriculture qui encourage leur développement depuis 2014, ils sont élaborés de manière collective à l'initiative des acteurs d'un territoire (collectivités, entreprises agricoles et agroalimentaires, artisans, citoyens etc.).
 
LA DEMARCHE PAT AU NIVEAU NATIONAL
 
En 2014, la promulgation de la loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt préfigure toutes les actions visant à réduire l'impact des modes de productions et l'amélioration des circuits de consommation locale. L'article 39 de cette loi donne un cadre légal aux PAT : "Les projets alimentaires territoriaux mentionnés au III de l'article L.1 sont élaborés de manière concertée avec l'ensemble des acteurs d'un territoire et répondent à l'objectif de structuration de l'économie agricole et de mise en oeuvre d'un système alimentaire territorial. Ils participent à la consolidation de filières territorialisées et au développement de la consommation de produit issus de circuits courts, en particulier relevant de la production biologique".

De juillet à décembre 2017, la tenue des états des généraux de l'alimentation a débouché sur l'adoption par le parlement le 2 octobre 2018 de la loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable (EGALIM).
Elle vise plusieurs grands objectifs[1] :
  • Permettre aux agriculteurs d'avoir un revenu digne en répartissant mieux la valeur ;
  • Améliorer les conditions sanitaires et environnementales de production ;
  • Renforcer le bien-être animal ;
  • Favoriser une alimentation saine, sûre et durable pour tous ;
  • - Réduire l'utilisation du plastique dans le domaine alimentaire.
     
LA DEMARCHE PAT AU NIVEAU LOCAL
 
Le Mille PAT (Mirecourt) est issu, au départ, de quelques acteurs associatifs qui souhaitent sensibiliser le public au mieux manger. Le café associatif Utopic porte le premier projet collectif. Au fur et à mesure des rencontres, le projet se coordonne et les structures souhaitent de plus en plus croiser les actions. Un besoin en ingénierie est nécessaire pour l'animation.

La Communauté de communes Mirecourt-Dompaire se pose alors comme un acteur neutre et se propose de porter le PAT. Une mise à disposition de personnel de l'INRAE vers la CCMD est opérée.
Ce temps de travail a permis à l'animateur et au groupe de déposer un dossier auprès de l'AAP national 2020 pour obtenir une labellisation « PAT » ainsi qu'une subvention. Le collectif est lauréat de ce projet et avait déjà obtenu en 2019 une subvention via l'APP régional.

En mai 2020, le contrat de l'animateur touche à sa fin et le groupe décide qu'étant donné les travaux engagés et les réflexions des Communautés de communes sur le territoire du PETR, un travail en commun est à engager.


Le PETR se propose d'être animateur pour les démarches PAT du fait de son échelle intercommunale.

 
CC Terre d'EauCC Mirecourt DompaireCC Ouest VosgienUELeader